Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nos enfants nous le reprocheront…

Un grand traité est en train de se réaliser entre l’Europe et les États Unis : le TAFTA (Trans Atlantic Free Trade Agreement). Rien à voir avec la douceur du taffetas (étoffe de soie unie et brillante). Ce grand projet, qui met en transe la fine fleur du néolibéralisme mondialisé, fait froid dans le dos à tout citoyen normalement constitué.

Ce traité s’inscrit dans ligne préconisée par notre grand penseur David Rockefeller dont nous avons déjà cité les œuvres au sujet de la Commission Trilatérale et qui rêve de remplacer tous les gouvernements devenus obsolètes par une élite autoproclamée de banquiers, d’intellectuels et d’entrepreneurs privés. Si l’on en croit les textes qui accompagnent ces négociations, il s’agit de libéraliser l’ensemble du commerce des biens et des services, de renforcer l’OMC en lui donnant un cadre juridique universel et incontournable, d’appliquer les termes de l’accord à toutes les instances, qu’elles soient nationales, régionales, communales.

En clair, il s’agit de donner aux multinationales le même statut que les États-nations et de régler les conflits qui en découleront par des tribunaux extrajudiciaires.

Nos enfants nous le reprocheront…

Concrètement, ce traité permettra :

- De limiter à leur plus bas niveau possible les normes internationales (pesticides, additifs alimentaires, OGM, hormones, etc.). Les États qui appliqueraient des normes plus restrictives seraient alors condamnés pour « organisation de barrières commerciales illégales » !

- D’ouvrir à la concurrence internationale le sol et sous-sol de la planète. La fracturation hydraulique dans la recherche du gaz de schiste deviendrait un droit pour les sociétés qui pourraient exiger des dommages et intérêts aux nations qui s’y opposent.

- De rendre tous les codes du travail illégaux au nom de la liberté d’entreprendre.

- De permettre que toute municipalité faisant le choix du local dans la gestion de l’eau, de l’énergie ou la construction d’un quelconque bâtiment puisse être condamnée pour clause abusive.

- Ainsi, une université privée qui s’installerait dans un lieu où une université d’État serait subventionnée, pourrait réclamer au nom de la concurrence non faussée les mêmes subventions.

Impossible, disent les gens de bon sens ! C’est trop gros pour être vrai ! Jamais des États souverains ne signeront un tel abandon de leurs pouvoirs ! Ce serait immédiatement la révolution et tous les esprits tant soit peu démocrates se révolteraient !

Pour répondre à ces objections, je vous invite à étudier attentivement les deux sites suivants :

http://stoptafta.wordpress.com/

http://www.jennar.fr/?p=3143

Tout y est expliqué : les textes officiels de l’Union Européenne, l’analyse des conséquences concrètes sur l’environnement, la santé, l’éducation, la démocratie…

Nos enfants nous le reprocheront…

Dans l’immédiat, il apparaît clairement que rien ne s’opposera à la réalisation de ce traité, les seuls freins possibles étant les intérêts particuliers et contradictoires des grands groupes de lobbies américains ou européens. Aucun décideur de ce projet n’est élu. Aucun référendum ne sera nécessaire pour en approuver les termes. Aucun espoir de résistance n’est à espérer des forces de gauche qui participent ici ou là à des gouvernements élus. Les citoyens étant encartés dans l’un ou l’autre des partis socialistes ou écologistes européens, ou s’apprêtant à voter pour l’un d’eux, devraient savoir sur quelle voie ils s’engagent...

Tag(s) : #Alerte