Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Khalifat ou Commune libre,  deux mondes pour un seul panier médiatique !...

Il a suffi de quelques égorgements (pudiquement appelés décapitations) pour que le monde occidental s’enflamme dans l’horreur de la barbarie, dans la peur du Djihadiste, caché dans notre quartier sous le masque de l’honnête homme, pire, de l’Arabe et de sa religion maudite. Selon certains commentateurs, le grand Khalifat est en formation. Il présage l’arrivée du Mahdi, ce grand Khalif qui gouvernera le Monde à la fin des temps, selon les lois du Coran et de la Sounnah, conformément à la loi prophétique… Tremblez vils chrétiens blancs, infidèles occidentalisés, musulmans tièdes s’adaptant à la démocratie !

J’ai trouvé dans les journaux, les radios, les télévisions une telle complaisance à brandir la menace du Khalifat que je me suis demandé à qui profite le crime. Le néolibéralisme version Merkel-Troïka a tué, en Grèce et autres PIGS, bien plus que l’Etat Islamique. Le chômage, la pollution, l’exploitation, la concurrence exacerbée, les profits financiers devraient tous nous mobiliser. Au lieu de cela, on fait de Kobané l’omphalos, le nombril du Monde…

Ceci explique peut-être cela. A défaut de solutions, nos gouvernants et leurs chiens de garde nous offrent sur un plateau le bouc émissaire idéal, l’Arabe. « Complotistes ! Conspirationnistes !», opposent alors les médias ! « Le choc des civilisations est à nos portes et justifie le droit d’ingérence !… ». Soit, mais alors comment expliquer la différence de traitement entre deux informations d’égale importance : La Commune libre de Barbacha et Mohamed Merah, par exemple. Je doute qu’un seul Français ignore qui est Merah et je doute fort que plus d’une poignée de Français soient capables de situer Barbacha sur une carte. Merah fait peur, Barbacha dérange. Merah c’est le train qui déraille, Barbacha, c’est le train en marche, l’avenir, l’espoir, la liberté.

Mais enfin, dites-nous ce qu’est cette histoire de Barbacha dont la presse se fout comme de l’an quarante?

Khalifat ou Commune libre,  deux mondes pour un seul panier médiatique !...

Barbacha est une petite région de Kabylie : 34 communes regroupant 27 000 habitants, un bled pauvre, dans une zone montagneuse, à l’écart des richesses et du développement, perdue à quarante kilomètres de Béjaïa (la wilaya). L’État algérien lui-même les aurait oubliés si ces berbères ne parlaient pas le Tamazight, s’ils ne se révoltaient pas de temps en temps, quand le wali (le préfet) du coin truque les élections, quand la gendarmerie les rackette ou réprime leur soif d’indépendance. Depuis douze ans, la région de Barbacha est organisée en comités de villages. Chaque village assure sa sécurité. A la moindre alerte, les 34 villages se mobilisent. Il n’y a plus de tribunaux d’État : la justice est rendue par les conseils de sages. Depuis les élections de novembre 2012, il n’y même plus de maire. Imposé par le wali, il a été remercié par la population qui a transformé la mairie en maison du peuple. Toutes les décisions sont prises collectivement en Assemblée générale ouverte à tous les villages. On y dit ce que l’on veut, personne n’en est exclu. Tous les travaux d’intérêt général (électricité, école, santé, etc.) sont pris en charge par des volontaires à qui la collectivité assure la subsistance financière.

Nul doute que cette épine dans le pied du gouvernement va subir des coups bas répétés. Cela a commencé par le curieux incendie d’un local communautaire, cela se poursuit par des campagnes de dénigrement (la maison du peuple ne serait qu’un lieu de débauche où la jeunesse passe des nuits entières !). Mais tout cela nourrit le mouvement au lieu de l’affaiblir. On dit que les peuples ont l’État qu’ils méritent. Les courageux habitants de Barbacha mériteraient de n’en plus avoir !

Pour nous, Français, il serait bon de faire connaître Barbacha autant qu’est connu Mérah. Nous comprendrions mieux que l’Arabe ne peut être mis dans un seul et unique panier. Tous les Algériens ne sont pas arabes, tous les Arabes ne sont pas musulmans, tous les musulmans ne sont pas intégristes, tous les sauvages ne sont pas chez les autres…

Pour ceux qui veulent en savoir plus :

- vidéo réalisée sur les lieux, intitulée “Echo de la Commune libre de Barbacha” (23m10).

- Le reportage écrit par les auteurs sur Article 11,

- Le site de la commune.

Tag(s) : #Luttes