Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dieu, que ma mort sera jolie….

L’actualité nous abreuve de deux morts admirables, celle d’André Glucksmann et celle de Helmut Schmidt, mais ne dit rien sur celle de Bernard Lévêque, l'obscur ouvrier assassiné au cadmium par l’usine SAFT (voir billet précédent).

André Glucksmann, s’est promené du bureau de Raymond Aron aux salons de Jean-Paul Sartre, du maoïsme au néolibéralisme de Nicolas Sarkozy, des boat-peoples à “l’atlantisme fondé sur l’antitotalitarisme”, de la défense des luttes indépendantistes au soutien à l’intervention française en Lybie… Mort, il devient le parangon de la rigueur intellectuelle et de la fidélité.

Dieu, que ma mort sera jolie….

Helmut Schmidt: engagé en 1939 dans la défense aérienne, combattant sur le front de l’Est (ses supérieurs honoraient le 18 septembre 1944 "son attitude nationale-socialiste irréprochable"), conseiller au ministère de l'air du Reich, grande gueule du groupe SPD au Bundestag, tombeur de Willy Brandt dans des circonstances douteuses, ennemi juré d’Helmut Kohl avec qui il a toujours refusé le moindre débat public, père de l’euro en tant qu’initiateur du SME (Système Monétaire Européen)… Mort, il devient le parangon de la paix européenne, du courage politique, le chef d’État le plus social qu’ait connu l’Europe.

Il me tarde d’être mort pour enfin devenir le parangon de la beauté, de la bonté et de l’intelligence ! En ces temps de la barbarie médiatico-politique, nous devrions tous réécouter l’excellente chanson de Jacques Brel, “La Statue”…

Tag(s) : #Coup de gueule