Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On a gagné!!!

Les élections régionales de ce dimanche 6 décembre m’ont tout d’abord paru claires, mais suite à une légère intoxication médiatique, j’ai éprouvé le besoin de recompter. Les chiffres pourtant, sont comme la terre pétainiste, ils ne mentent pas… ! En tableau, ils donnent ceci :

On a gagné!!!

Premier constat : Les gagnants ne sont pas les votants mais les abstentionnistes qui, dans dix régions sur treize, ont dépassé les 50% (52,32% sur l’ensemble de l’hexagone). J’ai un peu triché en incorporant d’office les bulletins blancs et nuls, mais les autres aussi trichent quand ils excluent du compte des abstentionnistes les non-inscrits. Car parmi ceux qui n’ont pas réclamé leur carte électorale, il en est qui, comme moi, l’ont fait volontairement, en toute conscience, parce que le système leur paraît inique, parce qu’ils se sont fait rouler dans la farine en 2005 au motif qu’ils n’avaient pas bien voté. La passion de la chose publique n’implique pas forcément que l’on avale n’importe quelle couleuvre ! Il est difficile de savoir la proportion exacte de non-inscrits mais d’après les travaux des professeurs de sciences politiques, M. Dormegen et Mme Braconnier, ils seraient en 2013, 7%, pourcentage qui aurait baissé depuis l’instauration de la JDC en 1998 (Journée Défense et Citoyenneté) puisque les jeunes qui s’y rendent sont maintenant inscrits d’office sur les listes électorales. Rappelons que cette JDC (Journée de Décérébrage et de Consentement !) est obligatoire et nécessaire pour toute obtention d’un diplôme d’État, même le permis de conduire, et qu’elle est donc très largement fréquentée. Mais ne chipotons pas, le premier parti de France rassemble bien les abstentionnistes avec au bas mot 60% des votants potentiels. Bien sûr, leur rassemblement est hétéroclite étant composé de pécheurs à la ligne, de jeunes inconscients, de vieux anarchistes, d’antidémocrates, bref, de toutes sortes d’asociaux. Ce n’est pas comme les vrais partis politiques qui tous affichent une belle unité, une belle intelligence et jamais ne se déchirent dans des luttes internes ni ne pratiquent l’art du coup bas et de la simulation ! Si donc les élections devaient représenter avec exactitude le paysage politique français, les sièges des assemblées représentatives devraient être vides à 60%...

Deuxième constat : Le FN est présenté partout comme le premier parti de France, soit que l’on pleure à chaudes larmes de crocodiles sur cette horreur, soit que l’on se réjouisse de cette gifle. Certes, la percée est spectaculaire et prouve que tous les autres partis sont moins incisifs, moins clairs, moins prometteurs. Mais est-ce dire qu’une grande majorité des Français souscrivent à l’idéologie du Front National, qu’ils ont connaissance de cette idéologie ? J’en doute étant donné le salmigondis (en français, ragoût fait avec des restes) que nous propose Marine Le Pen. Plus à gauche que Mélenchon, plus européiste que Sarkozy, plus sociale que Hollande, plus souverainiste que Dupont-Aignan, plus catholique que le pape et plus laïque que Jules Ferry, elle fait feu de tout bois, la droiture morale, la fermeté policière et la rigueur intellectuelle en plus ! Mais est-elle la seule à nous embrouiller ?

On a gagné!!!

Troisième constat : Le propre d’un parti politique est de dépenser plus d’énergie à combattre ses ennemis intérieurs que ses opposants. Dans le camembert, ci-dessus, j’ai grossièrement regroupé les trois grandes tendances : le FN, la droite, la gauche. Or la droite peut être capitaliste ou anticapitaliste, européenne ou souverainiste, écologiste ou productiviste, républicaine ou royaliste, laïque ou religieuse, nationaliste ou internationaliste, etc. La gauche, elle, se divise en vraie gauche (celle qui n’est pas socialiste), en sociale démocratie (qui parle à gauche mais légifère à droite), en gauche radicale (qui prétend s’attaquer aux racines de nos problèmes) mais à ne pas confondre avec la gauche révolutionnaire (laquelle est généralement communiste), en communisme (mais à visage humain c’est-à-dire non stalinienne), etc. N’oubliez pas les écologistes qui peuvent être de droite ou de gauche indifféremment, croissants ou décroissants, anarchistes ou régionalistes, jacobins ou girondins… Oyez, braves gens, le gouvernement veille sur votre sommeil ! Qu’il soit de droite ou de gauche, de droite gauchiste ou de gauche droitiste, d’extrême gauche à la Tsipras ou populiste à la Kaczynski, votre gouvernement a besoin de votre consentement pour faire le contraire de ce vous espérez. Mais ne lui en voulez pas, il fait ce qu’il peut et doit passer beaucoup de temps à calmer son aile droite ou gauche, à recruter hors de ses cadres, à habiller de vertu ses propos, à vous divertir avec des drames écrans, des faits divers fumigènes et des manœuvres de brouillages.

Le vote et les assemblées représentatives ont été instaurés par les révolutions anglaise, américaine, française après des débats acharnés avec les rousseauistes, les tenants de la démocratie directe, les fédéralistes et autres penseurs de la res publica. Mais la mémoire historique est du type Alzheimer et l’on voudrait nous faire croire que le vote est incontournable, indissociable de la démocratie…

Tag(s) : #Politique