Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du Procureur au juge de paix…

Suite de l'intrusion chez J.L. Mélenchon....

La Justice est injuste, car elle favorise celui qui est à l’aise dans les arcanes de la Loi, celui qui peut se payer les meilleurs défenseurs, celui qui bénéficie d’une notoriété ou d’un rang social élevé. Ceux qui cumulent ces trois avantages payent bien moins pour un délit grave que celui qui n’en a aucun pour un délit mineur. La justice est incompréhensible par le peuple, ce qui la rend inaccessible à ceux qui en auraient le plus besoin. La justice est lente par manque de moyens, chaque greffe, chaque tribunal, débordant sous une masse inconsidérée de dossiers. Mais ceux qui fondent cette Justice appartiennent à la classe de ceux qui profitent de cet état de fait, quand ceux qui le subisse ne peuvent rien en dire. Ceux qui rendent la justice n’ont aucune expérience personnelle des conditions de vie de ceux qu’ils jugent, des conditions des peines qu’ils infligent, des obstacles auxquels se heurtent la plupart des gens qui devraient faire appel à eux. Or, les Justices de Paix, qui ont stupidement été supprimées en 1958, étaient des juridictions de proximité, simples, rapides, gratuites et équitables. Mises en place en 1790 par la Constituante, ce serait justice qu’elles soient rétablies par la Constituante de 2017 ! Restaurées et améliorées, elles régleraient à l’amiable tous les petits litiges qui encombrent la Justice ! Des juges volontaires et bénévoles, sans aucune formation juridique préalable, reconnus valides mais sans aucun moyen coercitif, seraient parfaitement capables de régler le conflit de voisinage, la dispute conjugale, les petits cas de vol, d’escroquerie… Nos prisons surpeuplées en seraient avantageusement désengorgées. En outre, une justice locale, autogérée, proposant des réparations durables, adaptées et proportionnées à l’enjeu et à la qualité des plaignants et des accusés, serait bien mieux acceptée et diminuerait le taux insupportable de récidives que l’on connaît. L’avantage de ces juridictions serait en outre d’être bien plus facilement abordables que la justice d’État. Et l’on sait le nombre de plaintes qui devraient être déposées et ne le sont pas, au sujet des femmes battues, des agressions sexuelles, des maltraitances d’enfants, ou simplement par manque d’argent pour payer un avocat. En attendant que nous ayons l’intelligence d’inventer une Société débarrassée de cet argent encombrant (voire barbare), une Justice douce, populaire, simple et rapide est une nécessité !

Tag(s) : #Gauche