Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La mythologie de l’emploi.

Suite de l'irruption chez Mélenchon...

Coût du travail, lutte contre le chômage, plein emploi, voilà bien autant de thèmes mis en exergue par la droite comme par la gauche, dans les syndicats comme dans la rue. L’emploi est devenu l’enjeu principal, la cause des maux les plus divers, la promesse électorale la mieux partagée. Pourtant, tout le monde sait que, dans la course mondiale à la compétitivité, la seule variable d’ajustement qui nous reste est bien l‘emploi. Plus une production matérielle se veut rentable, moins elle utilise de travailleurs. Tout le monde sait que la technologie réduit toujours le temps de travail nécessaire, de la machine à vapeur au numérique (le drame actuel des producteurs de viande et de lait que l’on a poussés dans un modèle économique réducteur d’emploi et dressés contre le bio créateur d’emploi est patent !). La logique voudrait que l’on travaille une dizaine d’heures par semaine si nous voulions réellement lutter contre le chômage.

A moins de financer des grands chantiers inutiles et d’inventer des métiers sans intérêt, la lutte contre le chômage est illusoire dans ce système. Les politiques nous mentent, les syndicats se trompent de cible en défendant l’emploi. Nous n’avons pas besoin du travail salarié, mais simplement du salaire ! Qui aura le courage de le dire en premier parmi les décideurs ? Si la productivité a été multipliée par cent depuis un siècle, la richesse produite a été aussi multipliée par cent. Or on nous dit que les retraites sont en danger, que le pouvoir d’achat s’effondre, que la sécurité sociale a un gros trou… Cette belle arnaque sert à cacher que les solutions sont simples (mais contraires à la doxa) : le partage de cette richesse ou l’accès aux biens nécessaires et disponibles. Mais dans les deux cas, cela remet en cause le sacro-saint impératif des profits financiers, donc le système monétaire lui-même, donc le salariat et quelques autres bricoles !!!

Le courage politique est aujourd’hui de reconnaître que nous arrivons au bout logique d’un système et qu’un certain nombre de paradigmes doivent être abandonnés. Qui l’aura le premier ?

Tag(s) : #Gauche