Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La publicité, parangon de l’incohérence…

Suite de l'intrusion chez J.L. Mélenchon...

Le budget mondial de la publicité est paraît-il équivalent au budget qui serait nécessaire pour éradiquer la faim dans le monde et donner l’accès de tous à l’eau potable. On voit bien par là que la publicité a deux fonctions essentielles : nous empêcher de penser pour être mieux disposés à dépenser, et de nous faire consommer des produits inutiles, nuisibles, ni beaux ni bons, que nous n’achèterions jamais sans la publicité. Le comble de l’ironie, c’est que la publicité entre dans les frais généraux des entreprises. Elle vient donc pour une part en déduction des impôts et se répercute pour une part sur le prix de vente. Dans les deux cas, c’est le consommateur qui paie une publicité qui pourrit la vie d’une majorité et qui prive une minorité d’accéder au statut de consommateur ! En outre, la publicité est le principal vecteur de la frustration qui caractérise nos sociétés modernes. Les produits de luxe que l’on nous propose nous sont généralement inaccessibles, les produits courants sont sans cesse renouvelés sous des formes ringardisant celui qui ne suit pas le mouvement.

Imaginons un instant que la publicité soit interdite. Arrêterions-nous de consommer ? Serions-nous soudain démunis, malheureux ? Bien au contraire, nos entrées de villes seraient visuellement plus propres, EDF aurait à produire en moins l’équivalent de plusieurs centrales nucléaires, les journaux consommeraient deux fois moins de papier… La publicité cesserait de nous faire croire qu’une lessive est meilleure qu’une autre, et des associations de consommateurs nous informeraient sur la qualité réelle des produits mis sur le marché. Rien n’est plus contraire au bon sens, à l’écologie, au bien-être des humains que la publicité. C’est peut-être l’aspect psychologique qui est le plus grave et le moins souligné. Les publicistes savent parfaitement mettre nos désirs en tension sans jamais les satisfaire. La frustration qui en découle remplie nos prisons, réveille les pulsions les plus violentes, le sexisme, le racisme ordinaire, et in fine nous détourne du réel. Une vraie dystopie hollywoodienne qui ne sera vaincue que par une nouvelle utopie !

Mais je rêve ! Si les professionnels de la politique ne faisaient plus de publicité électorale, nous pourrions peut-être savoir enfin qui est compétent ou pas, qui est honnête ou pas, qui œuvre pour le bien commun ou pas. Que resterait-il sur le marché politique ?…

Tag(s) : #Gauche