Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sème le vent récolte la tempête…

Suite de l'intrusion chez J.L Mélenchon...

Un simple regard sur une carte géographique du Proche-Orient nous montre l’absurdité de frontières niant une Histoire millénaire, la diversité des cultures et des religions, la réalité géographique des régions naturelles. La main de l’envahisseur, Anglais et Français, est passée par là. Quand on augmente l’échelle de la carte, les enjeux géostratégiques et commerciaux sur cette région sautent aux yeux et l’on comprend que les Russes, les Turcs, les Français (encore eux), les Américains…, se soucient d’y apporter leur aide “salutaire”. Arrivés à la mappemonde, on imagine aisément le nombre de personnes qui devront quitter leurs lieux de vie si les mers montent de seulement 50 cm.

Après avoir créé les conditions pour que le 21° siècle soit celui du déplacement massif de populations entières, nos sociétés vont chercher des solutions aux problèmes d’intégration, de racisme, de dumping social… Le vent vient de l’existence de zones froides et de zones chaudes et vouloir arrêter la tempête est proprement insensé. Il n’y a donc aucune solution au problème migratoire sans équilibrage des zones froides et des zones chaudes, sans arrêt complet et immédiat de tout ce qui rend certaines régions “chaudes” : Le pillage des ressources du Sud par le Nord, la dépendance économique des uns vis-à-vis des autres, l’ingérence militaire des puissants dans les pays plus faibles, la standardisation des cultures sur un modèle unique et mondialisé, la prédominance de l’économie sur l’humain, la financiarisation à outrance, l’argent devenu une fin en soi… !

Notre aveuglement était compréhensible au siècle dernier, parce que nous n’avions pas l’outil numérique. Il était excusable parce que les systèmes socio-politiques, encore multiples, n’étaient pas arrivés au bout de leur logique. Il était possible parce que nous pouvions croire encore au progrès infini. Mais aujourd’hui, nous avons assez de capacité de production pour satisfaire les besoins de tous. Nous savons constituer des banques de données capables de mettre en relation les ressources, les besoins, les connaissances, les contraintes, du plus proche au plus lointain. Nous savons qu’aucun des modèles anciens ne répondra aux enjeux nouveaux et que nous sommes condamnés à vaincre la société de consommation et ses dogmes (l’homo œconomicus, le salariat, l’argent, la valeur)...ou à périr sous les coups de boutoirs des migrations !

Tag(s) : #Gauche