Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Martyr de l'imam Houssein
Martyr de l'imam Houssein

Vous occupez la première place dans les médias. Vos photos se retrouvent sur tous les réseaux sociaux. De grands intellectuels et des hommes politiques se penchent sur votre cas et font sur vous de brillantes analyses. Vous qui aviez le sentiment d’être ignorés, laissés pour compte dans cette société où vous peiniez à obtenir la moindre reconnaissance, vous avez trouvé du sens, une place, une appartenance à un groupe, au point de lui sacrifier votre vie. N’est-ce pas ce que vous recherchiez en adhérant à l’État Islamique ?

Mais rien n’est tout blanc ou tout noir. Les musulmans dits modérés vous opposent un Coran que vous connaissez mal. Les bons catholiques vous conspuent parce que vous leur rappelez quelques heures sombres de leur histoire. Les politiques se servent de vous pour nous imposer des lois sécuritaires, voire pour gagner quelques voix en jouant sur la peur que vous nous inspirez. Les frères que vous avez trouvés ne sont guère fiables. Ils sont prêts à vous égorger à la moindre faiblesse ou trahison. A l’usage, ils ne se sont pas montrés si fraternels que cela, attirés autant que les mécréants par l’argent, la gloire, le sexe, le pouvoir. N’avez-vous pas le sentiment de vous être fait rouler ?

Les journaux vous décrivent comme de stupides incultes quand certains d’entre vous sont diplômés, experts en techniques numériques, en chimie des explosifs, parfois même en théologie. Ils vous décrivent comme des victimes de la “fracture sociale” quand certains d’entre vous sont nés chrétiens, ont vécu dans des familles bourgeoises, ont exercé d’honorables professions. Ils vous croient fous de “communautarisme” quand la plupart d’entre vous étiez en rupture avec votre propre communauté. Cela ne vous met-il pas en colère ?

Secte de Jim Jones, nov.1978, 400 morts !
Secte de Jim Jones, nov.1978, 400 morts !

Vos proches, interviewés avec complaisance, déclarent tous avec conviction qu’ils n’ont rien vu venir, qu’aucun signe n’a annoncé votre "radicalisation". Pourtant, tous vous avez lancé de multiples signaux en exhibant un Coran, en vous voilant ou vous laissant pousser la barbe, en cessant brutalement d’écouter du rap, de fumer, de boire , de draguer, de vous intéresser comme avant à tout ce qui fait l’univers des jeunes occidentaux. Vous avez sans doute cru qu’un tel aveuglement était signe d’une indifférence justifiant votre engagement. N’avez-vous jamais pensé que votre père, votre mère, vos frères et sœurs ne voulaient pas voir parce qu’ils avaient trop peur de retrouver chez vous ce qu’ils voyaient décrit dans les médias? (les toxicomanes ont tous eu le même problème)

Vous êtes perçus comme une petite minorité d’excités, de malades, comme des excroissances pathologiques de l’Islam. Pourtant, vous n’êtes pas si minoritaires et vos semblables ne se sont pas tous dirigés vers cette religion. D’autres, pour les mêmes mobiles, ont choisi la secte de la Scientologie et y ont laissé leur fortune, leur famille, leur santé. D’autres ont choisi un gourou quelconque qui les a poussés à tous les excès (y compris le suicide collectif), en jouant sur leur soif de reconnaissance et de sens. Au Japon, on en a vu se prendre de passion pour « l’enseignement de la vérité suprême », rêver d’un immense massacre qui renverserait l’État et ouvrirait une ère nouvelle de pureté bouddhiste. Ils ont fait mieux que vous : 12 morts et 5 500 blessés à Tokyo le 20 mars 1995. Vous tous, de la France à l’Irak, des USA au Japon, vous nous avez dit la même chose : il vous était devenu insupportable de n’être rien, d’être comme des bouchons flottant au gré d’une eau que d’autres agitaient avec délectation. Un Gourou, un Imam, un pasteur, un recruteur, un plus doué en manipulation, vous a fait croire qu’une porte s’ouvrait devant vous. On vous a permis d’avoir raison contre tous, de chasser tous vos doutes par une idée simple et concrète, de mettre des mots sur vos angoisses. On vous a roulés car le Monde, la Religion, l’Occident, l’Homme, ne sont pas blancs ou noirs. Ils sont tordus, changeants, complexes, souvent mauvais, parfois bons. Au lieu de vous tenir la main pour vous faire traverser le torrent, on vous a fait croire qu’il suffisait de sauter, qu’Allah vous empêcherait de tomber dans l’eau, et qu’au pire, la noyade ferait de vous un héros, un saint, un majdhub (un ravi en Dieu). Étiez-vous à ce point naïfs pour le croire?

Vous avez fait des horreurs, vous avez privé de vie des gens qui ne vous avaient rien fait, vous vous êtes trompés de route, mais je ne vous en veux pas. Je vous plains autant que vos victimes. J’éprouve de la compassion pour vous, car le destin ne vous a pas permis de croiser un homme capable de vous arrêter en chemin avant qu’il ne soit trop tard. Les explications politiques, sociologiques ou religieuses que les "experts" donnent à vos agissements, outre le fait qu'aucune ne correspond à vous tous, vous renforcent dans vos convictions au lieu de vous pacifier. Mais, trompés, trahis, dénaturés, incompris, vous resterez toujours coupables de n’avoir pas su ou osé dire que vous vouliez seulement vivre bien, à tout prix, quitte à finir en chahîd (martyr), de ne pas avoir pris le temps de vous poser pour penser, pour vous faire aider. En aurez-vous un jour conscience...?

Pour certains d'entre vous, il est déjà trop tard. Intoxiqués, au bord de l'overdose de Dieu, de haine et de sang, vous ne pourrez revenir en arrière. Pour les plus jeunes, de grâce, n'écoutez pas les faux prophètes. Rien ne justifiera jamais la mort d'un seul de vos frères humains. "Si ton Seigneur l'avait voulu, tous ceux qui sont sur la terre auraient cru. Est-ce à toi de contraindre les gens à devenir croyants?" (sourate 10.51e)

Tag(s) : #Djihad