Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sabria Khalaf
Sabria Khalaf

L’article publié hier sous le titre “Faisons la nique aux politiques…” était un appel à réflexion, un coup de colère quant à l’inertie des puissants devant la crise migratoire. Face à un problème qui résulte d’une géopolitique fort ancienne, face à une structure politique et législative européenne aussi complexe qu’inaccessible au commun des mortels, à l’urgence sanitaire de cette marée humaine qui s’entasse autour du minuscule village d’Idomeni, il faudrait un charisme hors norme ou un trait de génie dont je suis bien incapable. Je n’ai donc ni ouvert de compte en banque pour recevoir des dons, ni construit une plateforme internet capable de fédérer toutes les bonnes volontés. J’en appelais simplement à tous ceux qui ont les compétences nécessaires, à ceux qui disposent de structures rompues à la logistique, à tous les isolés pleins de bonne volonté qui n’attendent qu’un outil commode pour exprimer leur solidarité.

Ce qui est révoltant, c’est que les solutions techniques existent, que l’argent nécessaire est là (en témoigne les sympathiques messages me demandant à quel ordre les chèques devaient être libellés), que beaucoup d’ONG sont en capacité d’affréter des trains et des bateaux pour convoyer ces migrants, alors que des femmes, des enfants, des jeunes gens et des vieillards, attendent dans le froid et la boue, l’angoisse de l’inconnu en prime. Ce qui est révoltant, c’est que le frein se situe uniquement au niveau des règles européennes, de la manie du contrôle et des paperasses qui caractérise nos sociétés développées… J’ai pensé à Sabria Khalaf, cette vieille femme syrienne de 107 ans bloquée à Athènes pendant des mois en 2014 pour une simple question de visa qui aurait dû se résoudre en une journée. Aujourd’hui, des milliers de Sabria Khalaf attendent, et l’administration ne va pas plus vite….

On se calme... (suite à l'article précédent)

La carte de la région frontalière où s'entassent les migrants chaque jour plus nombreux montre bien la distance qui sépare la gare grecque de la gare macédonienne (5km au plus). De l'une ou l'autre de ces gares, les migrants pourraient être répartis dans tous les pays d'Europe selon l'offre d'accueil des Gouvernements, des communes, des particuliers. La météo locale annonce un maximum de 12° et de la pluie pour la semaine entière...

Tag(s) : #Actions