Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le titre était pourtant alléchant : Sortir de l’impasse ! Pas moins de 138 économistes français se sont rassemblés pour réenchanter notre avenir et proposer des solutions innovantes à la crise économique. Ils étaient résolument optimistes : des alternatives crédibles sont à portée de main ! Le livre est paru ce mois-ci aux éditions Le Lien qui Libère et, frétillant d’impatience, je l’ai commandé chez mon libraire habituel. Enfin, j’allais être réconcilié avec cette profession qui prétend pratiquer une science exacte mais se trompe régulièrement dans ses diagnostics, qui se dit atterrée par la bêtise des politiques mais leur sert sans vergogne de caution… Dans mon livre sur une Société Sans Argent, j’avais donné une définition du mot “économiste” : « Sous l’Ancien Régime, ce terme désignait les personnes ayant la connaissance des rouages de la circulation monétaire. Leur incapacité à prévoir la crise de 2029 fut l’aboutissement logique de leur tendance à prendre leurs analyses pour des données scientifiques. De ce fait, ce terme désigne ironiquement aujourd’hui une personne prenant ses croyances pour des réalités. » J’allais devoir m’excuser auprès de cette honorable élite et corriger mon manuscrit…

Catastrophe !!! Les 215 pages de ce livre donnent  une image très partielle de l’impasse dans laquelle nous nous trouvons. Nous avions tous pris le terme d’impasse en son sens littéral alors que  ces économistes en usent comme d’une hyperbole (figure de style consistant à exagérer l'expression d'une idée ou d'une réalité). Certes l’économie de la France, de l’Europe, du Monde, n’est pas brillante, certes les dettes explosent et les inégalités sociales avec elles, certes la planète est copieusement pillée, massacrée, privatisée, mais il suffira de repeindre les murs, de laver le pavé, de suspendre quelques pots de fleurs aux balcons pour que l’impasse devienne une riante avenue.

Dire que je passe pour un joyeux utopiste avec ma société sans argent ! Les 138 économistes, tout diplômés, primés, estampillés experts qu’ils sont, nagent dans le conformisme et l’illusion du sparadrap sur la jambe de bois. Leurs intentions sont saines mais d’une naïveté affligeante : « il serait temps de changer de cap…,  faire comprendre que la transition vers un système énergétique 100% renouvelable relève de l’intérêt général…, c’est toute la logique économique  de la Commission européenne qui mérite d’être réexaminée de fond en comble…, lier les banques à des engagements de long terme…, dans le cadre le plus démocratique possible, à différentes échelles…, créer un nouveau pacte productif pour l’industrie française…, valoriser le travail et changer l’entreprise…, les peuples d’Europe doivent imposer une réorientation du projet européen…, construire collectivement la fiscalité du XXI° siècle…, prendre les questions par le bon bout… C’est beau comme du Tsipras avant qu’il soit confronté à la réalité politique ! Comment vont-ils convaincre les grands financiers, les idéologues du néolibéralisme, les quelques milliardaires qui se partagent les pouvoirs politiques et médiatiques… ? Mystère, rien n’est dit sur le sujet dans le livre.

Leur propos est d’autant moins crédible qu’ils ne proposent aucune sortie du système qui nous a conduit dans l’impasse, si ce n’est quelques-uns d’entre eux qui suggèrent timidement une sortie de l’euro et peut-être de l’Europe (mais sur ce point, ce n’est pas clair) : L’un deux nous prévient même clairement : si les quelques mesures qu’il propose étaient appliquées, “nous serions sortis de l’ère de la financiarisation, même à système financier inchangé.” Ouf, nous pouvons rester dans le néolibéralisme enfin devenu moral ! Parmi les plus révolutionnaires, on peut citer celui qui propose “…une ré-alliance autour du commun (Laval et Dardot) et du solidarisme (Léon Bourgeois) comme troisième voie, ni libérale, ni collectiviste…” Une idée neuve mais dépourvue de moyens de mise en œuvre d’un côté, une idée datant de la 3ème République de l’autre… Les 138 ont beaucoup travaillé pour échouer à produire une idée nouvelle avec son mode d’emploi.

Et toujours l’argent qui est considéré comme un outil neutre et utilisable sans dégâts, pourvu qu’on le canalise par de saintes règles et de pieuses intentions… ! Non, je ne m’excuserai pas auprès des économistes de les avoir massacrés dans mes écrits ! Non, je ne changerai pas un iota à l’idée que le système monétaire est la cause première de nos maux, qu’il est mécaniquement mortifère. Oui, je crois que nous sommes dans une véritable impasse et qu’aucun habillage ne nous la rendra viable. Oui, je suis convaincu  que la solution est de quitter le paradigme de l’échange marchand pour celui de l’accès, de l’indispensable recherche du profit financier pour celui d’une économie non comptable. Oui, il faut lire le livre des 138 économistes pour se convaincre que nous sommes bien dans l’impasse et que ce n’est pas chez eux que se trouve la solution mais dans la “désargence” !