Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

   “Par de pareils objets les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées." (Molières, Le Tartuffe, III, 2.)

La campagne 2016 contre le Sida fait polémique et suscite aussitôt une levée de boucliers. Plusieurs maires ont fait retirer les affiches sur leurs communes. Les Associations familiales Catholiques (AFC), ont publié vendredi 18 novembre sur leur site, un communiqué, intitulé « Quand le gouvernement impose sa propagande indécente au cœur du repas familial ».

Une pluie de feu, de fer, de sang ruine la ville d’Alep, des millions d’hommes, femmes et enfants sont jetés sur les routes de l’exil, nul ne sait combien de temps encore notre planète supportera les dégâts induits par la course aux profits… Et pendant ce temps, les bons catholiques se mobilisent contre le scandale de deux hommes qui s’aiment et l’affichent ! Des politiques, sensés œuvrer pour le bien commun, s’alarment de l’effet dévastateur de telles affiches sur de jeunes enfants…

Quand il s’agit de vendre un parfum français, de promouvoir à la télévision un 4x4 de luxe devant des familles qui partagent un modeste repas fourni par les Restos du cœur, ces mêmes “honnêtes gens” se mobilisent-il ? Et que dire des journalistes qui offrent un tel espace à des réactions aussi primaires pour ne pas dire choquantes ? Sur quels critères établissent-ils une hiérarchie entre les informations ?     

“S’aimer, s’éclater, s’oublier”… Le slogan mettrait les parents en situation d’expliquer à leurs jeunes enfants que des adultes de même sexe sont pervers au point de s’aimer. C’est prendre les enfants des familles catholiques pour des imbéciles !

A moins qu’il s’agisse de détourner leur regard, très loin des enfants de migrants, dans des canots de fortune puis sur des routes hostiles, et qui aimeraient bien être aimés, ne plus s’éclater sous des bombes, ne pas être oubliés…  

Tag(s) : #Coup de gueule, #Société