Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après s’être royalement trumpés sur les chances comparées des deux candidats américains, nos experts financiers et politiques habitués des plateaux télé et des studios de radio se trumpent à nouveau quant aux conclusions qu’il faut en tirer. J’entends parler du faible niveau de conscience politique des  malheureux électeurs américains, j’entends disserter sur la vague d’extrême droite qui balaye l’Europe, sur les populistes qui récupèrent la défiance croissante de l’homme de la rue envers les “élites”, etc.  J’ai donc eu envie de repartir d’un postulat simple : quel que soit l’opinion des électeurs, le président élu est le candidat qui a eu le soutien le plus efficace des puissants de la planète. Qui donc avait intérêt à installer Donald Trump à la Maison Blanche ?

 

En premier, je vois la Deutsche Bank : menacée par les autorités américaines d'une amende de 14 milliards de dollars, la banque allemande ne pouvait négliger le bon client que fut pour elle le candidat Trump. « Quand Donald Trump a besoin d'un crédit, il choisit Deutsche Bank », titrait en mars dernier le “Wall Street Journal”. Depuis 1998, la banque a financé à hauteur de 3,8 milliards de dollars les sociétés affiliées à l'élu républicain. Bien plus que ses grands homologues de Wall Street, Deutsche Bank se révèle ainsi être la banque qui entretient avec lui les liens les plus étroits. Si l‘homme de la rue peut faire sauter son PV de 45€ en payant une bière à son copain gendarme, la Deutsche Bank peut bien faire sauter son PV de 14 milliards par le Président Trump en soutenant sa campagne ! La différence est seulement quantitative,  pas qualitative…

Le géant russe Gazprom et la banque Sberbank (l’alliée russe de la BNP Paribas), sont durement touchés par les sanctions européennes et américaines. Vladimir Poutine a toujours affirmé que ces sanctions sont "peu efficaces", mais il a suffi que Trump soit élu pour que la bourse de Moscou soit euphorique. Les électeurs américains sont peut-être stupides mais les actionnaires de Gasprom, Sberbank et BNP, ont certainement soutenu le bouffon républicain. L’argent n’a pas d’odeur !

Le secteur minier, au niveau mondial, profite de l'issue du scrutin : La victoire de Trump pourrait entraîner une renégociation des accords sur l'acier avec les Chinois ce qui pourrait se révéler favorable à Arcelor Mittal.  L'indice Bloomberg des mines a gagné 2,24 % en une seule journée. Trump est un “extractiviste” patenté et les industries minières sont ravies de son élection !

 

 

Hillary Clinton était la bête noire des fabricants de médicaments. Avec l’élection de Trump, les grands laboratoires soufflent de soulagement. Sanofi prend plus de 3% et Bayer près de 2%. Quand on veut être président des USA, il ne faut pas œuvrer pour la baisse du prix des médicaments ou pour la promotion des génériques. De ce côté-là, Trump a été rassurant. Pfizer et Mylan, les deux plus grands laboratoires US ont eu des garanties aussitôt suivies d’un bond de 8 à 10% depuis le 8 novembre.

Le lobby des armes à feu est surpuissant aux Etats-Unis, et il vient de remporter une nouvelle victoire. Alors que la démocrate Clinton s'est montrée peu encline à épouser la cause de la NRA (National Rifle Association), Trump lui a, au contraire, prêté allégeance durant toute sa campagne. Au pays des Cow-boys, c’est sans doute “populiste” mais efficace !

La palme revient aux opérateurs de prisons, cotés à Wall Street : "Corrections Corporation of America" a pris ainsi jusqu'à 60% ! Une hausse inédite depuis plus de 16 ans. Ces opérateurs sont puissants puisque les États-Unis détiennent le record mondial du taux d’incarcération (cela représente 10% du budget californien alors que 8% seulement sont consacrés à l’éducation !). Clinton était un danger réel pour les prisons privées, elles seront sauvées par Trump qui a fait de la folie sécuritaire son fonds de commerce.

J’ai tout entendu des experts, y compris que la victoire de Donald Trump est surtout l'expression d'une réaction nostalgique et conservatrice contre le multiculturalisme. En revanche, j’ai très peu entendu parler de la Deutsche Bank, de Gazprom, d’Arcelor Mittal, de Sanofi, de la NRA, du lobby des prisons, et de tous leurs petits copains pétroliers, charbonniers, banquiers, qui, tous ensemble, pèsent certainement beaucoup plus que le racisme ordinaire des électeurs américains… Décidément, si l’argent est réputé inodore, il faut se résoudre à constater qu’il n’est jamais indolore !   

Tag(s) : #Politique, #Economie