Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

        Dimanche 21 janvier, 50 000 manifestants défilent dans les rues de Thessalonique, la capitale de la province grecque de Macédoine. Les journaux, télévisions et radios de France en parlent abondamment. "La mobilisation du peuple a dépassé toutes les attentes", estimait auprès de l'AFP dès samedi Irini Leonardou, membre du comité organisateur du rassemblement. « Nous exigeons que le terme “Macédoine” ne figure pas dans le nom sur lequel ils se mettront d'accord et ce n'est pas négociable", a rappelé cette écrivaine de 59 ans.  Quelle salade de macédoine !

      Rappelons quelques faits : la frontière entre la Grèce et la République de Macédoine date de la guerre des Balkans (1912-13), les Grecs, les Serbes et les Bulgares s’étant alliés pour chasser les Turcs. Après la première guerre mondiale, les alliés se sont réunis à Lausanne en 1923 pour fixer les frontières de la Turquie, de la Macédoine et de la Grèce. Les “alliés”, ce sont essentiellement les Français et les Anglais. En 1991, après l’effondrement de la Yougoslavie, la République de Macédoine obtient son indépendance. Ce petit pays de 2 millions d’habitants, composé en majorité de slaves orthodoxes mais aussi d’une forte minorité albanaise musulmane, est reconnu par l’ONU sous l’appellation Ancienne République Yougoslave de Macédoine (ARYM –FYROM en anglais) avec en plus, un drapeau arborant le soleil de Vergina, symbole de Philippe II de Macédoine (382-336 av. J.-C. !). Depuis 1995, la République de Macédoine a supprimé ce symbole de son drapeau, mais le conflit subsiste au sujet de son nom.

       Qu’y a-t-il de sérieux dans cette guerre toponymique et ces manifestations de masse ? Pour quelle raison valable les Macédoniens retireraient-il le terme Macédoine du nom de leur pays ? Fallait pas que Philippe II les envahisse en 358 avant notre ère ! Fallait pas que les Romains détruisent tout leur pays sauf le nom ! Fallait pas que l’Empire byzantin les englobe ! Fallait pas que les Turcs les autorisent à rester orthodoxes et Macédoniens ! Fallait pas que les Serbes et Tito le croate donnent le nom de Macédoine à leur province… Mais les Grecs s’entêtent, les Macédoniens aussi, et les manifestants de Thessalonique craignent que  “Skopje n'ait aussi des visées territoriales sur le nord de la Grèce”. On imagine bien en effet, la République de Macédoine, avec ses 2 millions d’habitants,  ses 8 hélicoptères de combat et 31 chars d’assaut, déclarer la guerre à la Grèce ! 

                Donc, si l’on doit être sérieux, il faut chercher à qui profite tant d’agitation dans la Grèce du Nord, tant d’intérêt dans les médias français. Comment alors ne pas penser au vieux truc de l’enfumage ? Le gouvernement Tsipras vient de voter les 1531 pages du dernier mémorandum, les ports de Patras et d’Igoumenitsa sont à vendre, le chômage augmente… Une bonne petite guéguerre à la frontière nord fait une excellente diversion. L’Aube Dorée, ce petit parti fasciste, est en perte de vitesse et de crédibilité, et cette querelle fleurant bon le nationalisme pourrait bien “redorer” son blason. En France, Macron se fait traiter d’anti-démocrate par ses amis parce qu’il est passé outre le référendum sur l’aéroport de Nantes (amis qui ont oublié le coup du traité de Lisbonne), de rigolo quand il interdit aux policiers de maltraiter des manifestants après avoir toléré un non-lieu pour la mort du zadiste Rémy Fraisse, de faux-cul quand il promet ce qu’il ne fera jamais. De mon bureau j’entends Macron supplier : « Allez, amis grecs, refaites-nous  une bonne guerre des Balkans pour cacher cette grogne que je ne saurais voir ! »

Tag(s) : #Politique, #Grèce, #Enfumage