Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

                Les Zadistes de Notre Dame des Landes ont été évacués manu militari ce matin du 9 avril. « Les occupants illégaux qui avaient un projet agricole – puisque la vocation de ces terres doit être agricole – ont été invités à se manifester, à s’insérer dans les procédures normales. Ceux qui se placent dans ce cadre auront leur place dans le respect des procédures légales. Tous ceux qui ne s’inscrivent pas dans le cadre de la légalité devront quitter les terrains rapidement » avait déclaré dans sa grande bonté Edouard Philippe. Ceux qui se sont opposés ce matin aux forces de l’ordre n’avaient qu’à rentrer dans le rang ! Mme Nicole Klein, sous-préfète de Loire-Atlantique les avait prévenus dès le début mars : « Ceux qui refusent de s’inscrire dans l’État de droit seront expulsés. […] L’État de droit, c’est des choses très simples, payer le gaz, l’électricité, un fermage ou une propriété, la MSA (sécurité sociale agricole) si on est agriculteur. » Bien sûr, ces hauts personnages ne sont pas de vulgaires écolos. Ils ont le sens des réalités et sont restés ouverts à toutes les négociations. Ils ont même des amis écologistes dans leurs rangs, tel Sébastien Lecornu, secrétaire d’État à la transition écologique, qui cautionne l’engagement policier et les déclarations des politiques en déclarant : « La main de l’État ne tremblera pas ! ». Ces jeunes fous, n’entendent rien et s’imaginent qu’un État de droit peut fonctionner sans impôts, sans cadre juridique, sans normes et, comble de naïveté, sans police ! C’est ce que j’entends ce matin sur France Musique, France Culture, France Inter, radios comme l’on sait objectives et sérieuses puisque financées par les deniers publics.

                FAKE NEWS !!!  Monsieur Macron avait dans son sac une loi dite de « fiabilité et de confiance de l’information ». Mais certains esprits chagrins ayant contesté cette avancée majeure pour la démocratie, il ne pourra pas encore porter plainte, ni contre Mme la Préfète qui ment en disant que les Zadistes refusent de payer le gaz et l’électricité, ni contre les Zadistes qui mentent en disant qu’ils veulent simplement rester dans un cadre collectif ! Car les Zadistes mentent aussi, Monsieur le juge. Ils disent avoir fait parvenir à la préfecture une proposition de convention provisoire collective. Ils déclarent accepter la signature avec l’État d’une forme précaire de bail régularisant leurs activités. En vérité, ils ne veulent rien entendre sur une base individuelle, encore moins se limiter à de seuls projets agricoles ! Incroyable… Ils ont même créé en février une association loi 1901 intitulée « Pour un avenir commun dans le bocage », et qui  serait habilitée à signer ces documents, Monsieur le juge…  Ils ont sollicité un rendez-vous, quelle audace, auprès de la MSA, la mutuelle agricole indispensable pour obtenir le statut officiel d’agriculteur !

                La proposition de l’État était pourtant simple : signer des conventions d’occupation précaire individuelle. Savez-vous ce qu’ils ont répondu ?  « Nous ne pouvons envisager un tri sélectif de la richesse et de la diversité des projets actuels ». Le summum de l’inconscience est détenu par un “faiseur de pain” prénommé Mikaël qui a déclaré que signer un tel engagement « serait  malhonnête. C’est un engagement moral par rapport aux autres. » Certes, il  vend son pain tous les samedis sur le marché de Blain et dans les circuits courts locaux, et  depuis quelques années, il cotise à la MSA. Mais Monsieur le Juge, de là à se prétendre “paysan boulanger”… Non, Monsieur le juge, leur projet est ailleurs, bien plus pervers : ils veulent tuer le bel esprit individualiste qui anime le libéralisme moderne. Ils veulent travailler et produire sans recherche de profits. Pourquoi ne pas aussi supprimer l’argent et l’échange marchand tant qu’ils y sont… L’essentiel de ce qui fait la grandeur de notre civilisation ! Ils veulent cultiver en commun sans que nul ne puisse savoir à qui appartient telle ou telle parcelle. Que devient alors la propriété privée sans laquelle il n’y aucune sécurité ? Ils veulent clairement  “bouger des lignes politiques et sociétales”. À ce jeu-là, c’est la société entière qui en serait bouleversée, Monsieur le Juge… Et tout ça pour une poignée de bricoleurs dépenaillés et braillards qui confondent démocratie et utopie ?...

                Le mot Zad vient étymologiquement de l’idée d’Akim Bey qui préconisait des Zones Autonomes Temporaires (ZAT). Zad, c’est déjà mieux car le mot Temporaire est supprimé au profit de Défense. Une Zad finira bien, ici ou là, par devenir une Zone d’Activité Définitive, et s’en sera fini des conventions précaires individuelles, de l’argent qui pourrit le meilleur, du profit qui tue, des juges, des flics, des financiers et des politiques qui savent tout cela mais tiennent à leurs privilèges…  

Tag(s) : #Coup de gueule, #Actions, #Révolution!