Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

                Le monde évolue à une vitesse exponentielle parce que l’échéance se rapproche où la planète continuera à vivre…, mais sans nous ! L’idée d’une fin de civilisation, d’un collapsus, d’un effondrement fait son chemin et en très peu de temps, on en a vu les effets.

 

                Vendredi 22 février, l’acteur Philippe Torreton publie dans Le Monde une chronique intitulée “La survie de l’humanité est en jeu” : « Les plus pauvres disparaîtront en premier, les riches leur survivront quelque temps dans des bunkers dorés. Alors, que deviennent nos habituelles luttes politiques dans ce compte à rebours ? »

 

                Mercredi 6 mars, lors d’un Grand débat à Gréoux-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence), Macron a été interpellé par Charlie, du collège de Saint André les Alpes : « Je voudrais savoir ce que vous entendez par écologie. Parce qu’encore aujourd’hui, des usines peuvent déverser  leurs déchets dans la mer, des pesticides polluent les sols et donc notre alimentation, les déchets plastiques envahissent les océans et notre planète. Quand est-ce que vous allez réagir ? Vous en avez le pouvoir. Et une dernière question monsieur : Puisque c’est l’argent qui nous a amené à négliger l’écologie, pensez-vous que nous pourrons acheter une nouvelle planète avec de l’argent ? » Il fallait un jeune adolescent pour dire au Roi qu’il était nu !

 

               

                Samedi 9 mars, un collectif publie sur le site “Reporterre” un appel intitulé « On arrête tout ».  La fin du monde des “fins de mois” est pour bientôt, et la sphère militante commence à prendre conscience de la réalité d’un possible effondrement et de l’urgence d’une réponse globale. Le collectif qui nous alerte a compris que « marcher et revendiquer ne suffit pas ». Après des mois de mobilisation de Gilets jaunes, ils en appellent à tous, quel que soit la couleur des gilets, la profession, l’âge, l’engagement syndical ou politique… « Nous n’avons pas le luxe de nous poser la question de la faisabilité de la chose et nous serions coupables de ne pas essayer. Nous appelons donc le 9 mars, puis de manière illimitée à compter de la date commune du 16 mars, à rejoindre les mobilisations, à stopper intégralement nos activités afin de se consacrer pleinement et collectivement à l’urgence à laquelle nous faisons face. » Il y avait longtemps qu’une grève générale et illimitée n’avait été proposée. Il y a longtemps que nous n’étions pas sortis des revendications sectorielles ou circonstancielles pour provoquer un changement de système, de régime, de projet sociétal…

 

                Dimanche 10 mars à 18h45, France 5 invite Cédric Villani et Philippe Torreton dans l’émission “C Politique”. L’acteur Torreton explique que « nous n’avons plus rien à attendre des partis », que « l’heure est à la mobilisation générale » et qu’il «n’entend pas ça de la part de nos hommes politiques »… Le député mathématicien “En Marche”, Villani, répond, un peu embarrassé : « Il est vrai que nous sommes en situation de danger extraordinaire. Les hommes politiques sont de plus en plus nombreux à en être convaincus. Globalement les lignes bougent et avancent… » Il faut effectivement être dans le cœur du réacteur pour percevoir ces légers frémissements parmi les élus !  

 

                Je suis assez âgé pour avoir vécu la fin de la décolonisation (1962), les hommes marchant sur la lune (1969), la chute du mur de Berlin (1991), le World Trade Center (2001), le tsunami dans l’Océan Indien (2004), le traité de Lisbonne avec un NON transformé en OUI (2005), les printemps arabes (2010), et là, en quelques semaines, je vois cette succession de signes avant-coureurs. N’est-ce pas là une évolution exponentielle ? En 2010, nous étions quelques fous à remettre en cause l’argent, l’échange marchand, le marché ; moins d’une décennie plus tard nous sommes des milliers de par le monde à penser une société a-monétaire.  Ne dit-on pas que rien au monde n'est plus puissant qu'une idée dont l'heure est venue ?

               

                La perspective d’une fin du monde des fins de mois qui a donné espoir à des milliers de Gilets jaunes, pourrait bien rebattre les cartes du jeu politique. Beaucoup d’autres pays sont eux aussi dans une impasse politique, dans l’absence d’un récit d’avenir qui ne soit pas pire, et beaucoup jettent des regards d’espoir vers ces Gaulois rebelles qui ont été si souvent à l’origine de révolutions. La Grèce qui a essayé tous les partis, de l’extrême droite des Colonels à l’extrême gauche du Syriza, ne sait plus à quel saint se vouer et nous regarde. Les jeunes Algériens qui n’ont connus que chômage de masse, déni démocratique et inégalités criantes, malgré les richesses potentielles de leur pays, aussi nous regardent…

                Tout arrêter…, pourquoi pas ! De toute façon, si nous n’arrêtons pas la  machine du profit et de la marchandisation de tout, c’est l’effondrement global qui arrêtera tout. En somme, le choix est entre l’insoumission et la subordination, tenter une issue aujourd’hui (avec possibilité de revenir en arrière) ou accepter l’impasse demain (sans rien pouvoir y faire), en payer le prix maintenant ou  mourir sous une facture impayable d’ici dix ou vingt ans !   

Tag(s) : #Ecologie, #Révolution!