Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chronique de la Grèce,  16.03.2013 :

Difficile de synthétiser une semaine grecque !... D’un certain point de vue, la situation se dégrade trop vite. Panagiotis Grigoriou qui a dû interrompre son blog pendant près d’une semaine déclare : « …En quelques jours d'absence seulement, j’ai l’impression d’avoir raté un épisode entier de la Guerre des étoiles… ». C’est aussi ce que lui ont dit ses amis à son retour dans la capitale : « Tu n’étais pas à Athènes pour quelques jours seulement et voilà, regarde bien dans quel état tu nous trouves. Le temps événementiel va trop vite ici, nous ne pouvons plus suivre, nous en sommes épuisés, vidés et incapables de formuler la moindre réflexion… ». D’un autre point de vue, le temps semble se figer et l’on pourrait désespérer de voir les Grecs réagir, prendre leur destin en mains, envers et contre Troïka !

Je me suis dit que notre ami Panagiotis se laissait aller à son penchant pessimiste et qu’il devait bien se trouver quelques raisons d’espérer un usage plus constructif de l’état de crise. J’ai donc refait pour vous un petit tour dans la blogosphère grecque alternative. Ce n’est évidemment pas très simple car les sites les plus intéressants sont intégralement en grec. Mais il semble que certaines initiatives aboutissent ou se pérennisent.

Chronique de la Grèce,  16.03.2013 :

Côté industrie, le mouvement autogestionnaire tient le coup. Les employés de l’usine VIO-ME à Thessalonique ont pris en main la production et gèrent l’entreprise depuis plusieurs mois. Ils ont ouvert un blog pour expliquer leur action, (http://biom-metal.blogspot.gr), toujours avec le même slogan : "Vous ne pouvez pas le faire; nous, nous pouvons". Souhaitons leur bonne route !

En recherchant les infos sur Vio-Mé, je suis tombé sur un professeur de l’Université de Thessalonique qui fait une analyse intéressante de la jeunesse grecque : « …La famille grecque est capable de faire d’énormes sacrifices matériels, en payant, par exemple, d’innombrables cours privés, quelquefois dès l’école primaire ! Elle se soucie au plus haut point du confort matériel de ses enfants. (…) Elle ne conçoit l’éducation qu’à travers le prisme utilitariste de promotion sociale.

Une fois la famille grecque devenue consumériste, et partant, « démocratisée », les enfants n’ont d’autre idéal que de lui emboîter le pas dans une projection individualiste. Mais cette ambition individualiste hédoniste est aujourd’hui intenable, presque hors-système, compromise par la crise. La promesse de réussite est démonétisée. La génération aux commandes et une école à bien des égards archaïque, ne peuvent plus guère assurer la promotion sociale. » (Andréas Pantazopoulos)

Chronique de la Grèce,  16.03.2013 :

Côté agricole, les sites alternatifs nous assurent que les mouvements de retour à la terre et à une agriculture respectueuse de la nature se développent (réseaux Spori Limnou, Aegilops, Archipelagos, Helession, etc.). Il semble que le mouvement des semenciers Péliti soit bien présent et actif. Le mouvement des Patates qui avait fait la une l’an dernier, a pris de l’ampleur. D’autres initiatives ont pris des formes plus pérennes sous forme de coopératives de consommateurs, de réseaux de paniers (comme le groupe Agronaftes -les agronavigateurs-), de groupes d’achats, et même une tentative de labellisation "circuit court"…

Côté centres sociaux, on voit de plus en plus de créations de cuisines collectives. Ces initiatives s’opposent presque toujours à l’idée de la "philanthropie" au profit de celle de "solidarité". Il s’agit plus de mutualiser les difficultés pour se nourrir plus efficacement que d’organiser des dons qui blessent celui qui reçoit…

Okéanos, dans son blog de jeudi, nous fait part de l’opération "Thémis" : 132 toxicomanes ont été arrêtés dans les rues d’Athènes et envoyés dans le camp de détention pour migrants d’Amygdaleza, détenus dans des conditions choquantes. Après quelques analyses médicales et l’enregistrement de leurs données personnelles, certains ont été relâchés, sans aucune aide pour rentrer chez eux. Les associations de soins, de prévention et MSF, ont déclaré que "ces politiques approfondissent les lignes de fracture dans la société grecque et accroissent ses problèmes." Okéanos conclut en rappelant que l’un des conseillers du gouvernement en matière de citoyenneté et d’immigration, Yannis Kotoulas, est un historien révisionniste qui considère le nazisme comme "une grande révolution". Il devient légitime de se demander sur quelles bases idéologiques la politique d’Antonis Samaras prend ses racines !

Chronique de la Grèce,  16.03.2013 :

Un peuple épuisé, un peuple qui résiste, un peuple qui construit ? Il n’y a pas que l’emblématique adespote Loukanikos qui sache aboyer ! Au fait, qu’est-il devenu celui-là ? Il faudra que je le demande à nos amis blogueurs…

Une dernière nouvelle arrive à l'instant à propos du dispensaire social métropolitain d'Ellinikon près d'Athènes. Giorgos Vichas, cardiologue et principal animateur a été interrogé par ARTE. (voir la vidéo sur http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=R2CK9_mXxAk ).

Merci aux étudiants et travailleurs grecs de Paris de nous la signaler.

Tag(s) : #Grèce