Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Deux visions se bousculent cette semaine sur les blogs et sites grecs : d’un côté le début du carême, de l’autre la crise chypriote.

Le carême est précédé comme chez nous du carnaval et c’est d’habitude l’occasion de grandes fêtes à travers tout le pays. Mais les observateurs n’ont pas vu beaucoup d’enthousiasme, pas surpris beaucoup de rires. Le cœur n’y était plus. Lundi 18 était le jour où traditionnellement, les mairies et les associations distribuent le premier repas de carême. Mais cette année, cette distribution a pris des allures de "soupe populaire".

Premier repas de carême.

Premier repas de carême.

En revanche, l’affaire chypriote a réveillé le peuple de la rue. La vidéo Youtube des manifestants jetant au sol le drapeau allemand de l’Ambassade tourne en boucle. Panagiotis a appris la nouvelle du NON aux taxes sur les dépôts bancaires sur le ferry qui revenait de l’île de Syros. Il paraît que les gens ont applaudi et ont manifesté bruyamment leur anti-germanisme !

Dans un café d’Athènes, notre ami blogueur entend le même discours : « Les Allemands sont nés pour initier des guerres et ensuite les perdre par les Russes. Nous préférerions mille fois les Russes, voire les Américains que les Allemands, c’est clair. » Les journalistes rapportent des propos semblables un peu partout. Sur Réal FM : « Il n’y a que la svastika qui manque aux institutions de Bruxelles. Nous disons non au nouveau nazisme allemand, nous disons non à leur nouveau colonialisme, après avoir dit non à celui des Anglais ». Yorgos Trangas sur cette même chaîne ajoute : « Résistez, ne collaborez pas avec les forces occupantes allemandes, celles qui contrôlent nos ministères (…) N’obéissez pas aux lois mémorandaires (…) Ne l’oubliez pas, Schäuble est le nouveau Gauleiter[1] de l’Europe (…) Le directoire de l’Euroland a tout fait pour imposer aux parlementaires chypriotes son dictat, comme en Grèce, sauf que cette fois-ci, ils ont perdu la partie. Il n’y a pas eu un seul parlementaire sur l’île pour dire oui mais en Grèce c’est différent. La différence c’est que Siemens et les services secrets allemands tiennent bien nos politiciens corrompus par la barbichette, tellement ils les ont engraissés par des pots-de-vin depuis des années (…) Les listes des noms existent, elles sont prêtes… » (propos relevés par Panagiotis Grigoriou.)

[1] Le Gauleiter est à la fois responsable régional politique du parti National-socialiste et responsable administratif d'un Gau, subdivision territoriale de l'Allemagne nazie.

Chronique de la Grèce, 23.03.2013

Cet enthousiasme pour la contestation venue de Chypre ne fait pas pour autant oublier que la Grèce n’est pas Chypre. Les slogans que l’on lit sur les pancartes brandies à Nicosie, OXI STO 4° RAIX (non au 4ème Reich !) n’empêcheront pas les députés grecs de voter OUI à la prochaine mesure mémorandaire.

Okéanos sur son blog est plus réservé quant à l’influence des événements de Chypre sur Athènes. IL nous présente l’association "Save Greek Water". Ces militants craignent (à juste titre) que la visite de Hollande en Grèce n’aboutisse à une privatisation de l’eau au profit de Suez ou Véolia et au dépend du peuple grec déjà bien pressuré. Une pétition est toujours à signer à ce sujet sur le site Avaaz.

Enfin, le journal Unfollow est attaqué en justice par le gouvernement pour « outrage à la constitution", en raison du portrait "retouché" de Samaras que j’avais reproduit sur la chronique du 9 mars. Tout est bon pour décrédibiliser les médias indépendants et le rapport de Reporters Sans Frontières, classant la Grèce très loin dans la liste des pays respectueux des libertés de la presse, ne s’est pas trompé !

Tag(s) : #Grèce