Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chronique de la Grèce, 30.03.2013.

Fête nationale:

Lundi 25 mars, la Grèce commémore la Guerre d’Indépendance (1821-1829) qui aboutit à la libération de l’occupant turc. C’est l’une des fêtes les plus sacrées, à la fois pour les Orthodoxes (l’annonciation de la vierge) et pour la nation (naissance de la Révolution). De grandes parades militaires sont organisées dans toutes les villes ainsi que les défilés des enfants des écoles. Depuis l’an dernier, cette fête nationale est sous haute surveillance, le peuple et les officiels étant séparés par d’impressionnants cordons de MAT (CRS).

Je vous invite à aller visiter la galerie de photos prises par Stella Meligounaki, qui a saisi en quelques clichés ce qu’il y a de dramatique et de symbolique dans cette exclusion du peuple derrière les grilles et les policiers.

Chronique de la Grèce, 30.03.2013.

Chypre:

Le fol espoir que Chypre relève le gant et résiste à l’Eurogroupe a fait long feu. Très rapidement, les Grecs ont appris que "Chypre était sauvée, ses banques aussi". Ouf ! Le peuple va pouvoir payer la facture avec un nouveau train de mesures d’austérité. Et comme par hasard, nous signale Panagiotis Grigoriou, les journaux annoncent “qu’un nouveau salaire minimum serait imposé dès le 1er avril en Grèce : 260 euros par mois. ” Pierre Moscovici peut être fier de participer à l’Eurogroupe, "l’économie casino" n’aura plus lieu, ni en Grèce, ni à Chypre !

Et une fois de plus, un pays européen est engagé dans une politique que ses élus n’ont pas voulue. Vive la démocratie ! Les Français votent contre le traité de Lisbonne, on annule le scrutin (souviens-toi Versailles 2008). Papandréou propose un référendum, et en 24 heures, il est renvoyé dans les cordes par le tollé général de ses pairs. Le ministre chypriote fait mine de s’opposer à la Troïka, on le contraint à trahir son peuple et à s’engager dans une austérité qui touchera bien plus les humbles que les vautours russes ou anglais ! C’est bien ce que disait Rockefeller en 1991 : « La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est sûrement préférable à l’autodétermination nationale pratiquée au cours des siècles passés… »

Parmi toutes les informations que nous donnent nos amis blogueurs, j'en ai retenu trois qui m'ont paru significatives: Un rapport d'Amnistie International, une étude européenne sur la pauvreté et un long et passionnant article écrit par les étudiants grecs de Paris sur les privatisations.

Amnistie Internationale dans un communiqué de presse, a en effet demandé au gouvernement grec de faire une enquête sur les allégations concernant les violations des droits de l’homme commises par la police contre les opposants aux mines d’or de Halkidiki et principalement dans la ville de Ierissos. Okéanews reproduit un article très clair de la journaliste Angelique Kourounis.

Vous pouvez signer une pétition sur le sujet ici

La commission européenne: Dans sa fièvre normalisatrice,la commission a tenté de définir avec précision ce qu’est l’état de pauvreté : Outre un revenu inférieur à 60% de la moyenne nationale, il faut être dans l’incapacité de se payer au moins trois des éléments suivants : le loyer, les factures des services publics, un chauffage normal, pouvoir faire face à une dépense imprévue, manger des protéines animales régulièrement, aller en vacances, avoir un téléviseur, une machine à laver, une voiture, un téléphone. Fort de ces critères, l’UE a constaté que seuls les Roumains et les Bulgares étaient plus pauvres que les Grecs. L’étude datant de 2010/2011, il est raisonnable de dire qu’aujourd’hui trois Grecs sur dix vivent dans la pauvreté constante. Ah, si l'Europe était aussi prompte à trouver des solutions qu'elle l'est à pondre des normes!...

Chronique de la Grèce, 30.03.2013.

Les privatisations en Grèce: Je conseille vivement, à tous ceux qui en ont le temps, de lire l'excellent article des étudiants grecs de Paris. On y découvre le rôle de certains hauts fonctionnaires français au sein du TAIPED (l'organisme grec chargé de mettre en œuvre les privatisations), la politique économique soutenue par François Hollande, sous le pompeux titre de "Grèce-France Alliance", la rapacité des Français Alstom, Vinci, Suez, Véolia, etc. La sous-prolétarisation des Grecs se fait dans le plus grand silence des médias, des politiques, des fonctionnaires tels que Pierre Emmanuel Thiard et Henri Leroy, deux inspecteurs des finances sortis de l'ENA, qui siègent au sein du TAIPED, et dont on a beaucoup de mal à retracer la carrière et les agissements. Leroy apparaît dans l'organigramme de l'ambassade de France à Athènes (section service économique), Thiard apparaît comme rapporteur dans le rapport Galois, en photo sur Facebook, mais guère plus...

C'est toujours la même problématique, en France comme en Grèce: Le cercle vertueux des politiques, hauts fonctionnaires et dirigeants de la finance, construit notre avenir pendant que nos votes maintiennent la croyance populaire en la démocratie représentative!

Chronique de la Grèce, 30.03.2013.

Le seul émissaire allemand qui apparaisse dans la presse, tel un miroir aux alouettes camouflant les Thiard et autres experts, c'est le naïf Otto Rehhagel, celui qui avait mené l’équipe nationale grecque de foot à la victoire en finale de 2004. En sa qualité d'émissaire spécial d'Angela Merkel”, il a répandu ses louanges sur la bonne et généreuse chancelière partout où il a pu, sauf chez le président Karolos Papoulias qui s'est refusé à recevoir le “roi Otto”.

Chronique de la Grèce, 30.03.2013.

Et pendant ce temps, on apprend incidemment que 150 000 diplômés grecs ont déjà quitté leur pays pour s'installer dans 74 autres Etats et 528 villes à travers le monde. La sculpture de Théo Papagiannis (l'émigré) que l'on peut voir dans son musée de Kastanochoria (près de Ioannina) devrait être remise à l'honneur!

PS: Un groupe d'européens sympathiques, "Avanti Europe!" lance une pétition contre les politiques d'austérité. Si vous n'en êtes pas à un stade avancé de pétitionnisme, vous pouvez signer ici.

Tag(s) : #Grèce