Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coup de gueule!...

Les archives communales, départementales, nationales, conservent tous les documents qui feront l’histoire de demain. C’est grâce à elles que nous pouvons connaître le parcours scolaire, politique, militaire, professionnel d’un acteur quelconque, comprendre comment les institutions se sont constituées, comment les choix politiques ont été élaborés. L’Histoire n’est pas une succession de faits anonymes mais bien le résultat d’actions humaines, de choix individuels, de prises de positions personnalisées.

Au motif que des opérateurs privés comme Google ou Facebook font un usage douteux de données personnelles, l’Europe envisage l’obligation de détruire ou "d’anonymiser" tous les documents conservés dans les archives publiques et privées. La Commission Européenne veut ainsi assurer aux citoyens un "droit à l’oubli". Si l’utilisation de données personnelles à des fins commerciales est condamnable, la suppression pure et simple de toutes ces données met un terme à toute étude historique possible. La Commission s’est-elle rendu compte qu’elle jetait le bébé avec l’eau du bain ou vise-t-elle consciemment à rendre impossible toute écriture historique ?

Au lieu de renforcer la protection du respect des libertés individuelles et de protéger la vie privée des citoyens, la Commission Européenne met en place un système où l’individu, privé d’archives publiques, devra être seul et unique conservateur de ses diplômes, certificats de travail, actes juridiques et commerciaux, etc. Voilà qui promet de beaux jours aux dominants, aux escrocs, aux négationnistes… Une porte ouverte aux systèmes dictatoriaux ou oligarchiques, la fin des idéaux démocratiques…

L’association des Archivistes de France lance une pétition pour demander l’annulation de cette directive de la Commission Européenne à l’adresse suivante : http://www.change.org/fr/pétitions/citoyens-contre-le-projet-de-réglement-européen-sur-les-données-personnelles

Tag(s) : #Actions