Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grèce, entre l'Orient et l'Occident...

La crise économique qui secoue la Grèce au point de la plonger dans un véritable drame humanitaire révèle avant tout la différence culturelle, ethnologique, anthropologique entre les pays du Nord, cartésiens ou Kantiens, et la Grèce dionysiaque. D'un côté la froideur et la raison pure d'un Hegel, de l'autre, l'esprit solaire et la chaleur méditerranéenne. D'un côté la rigueur et la nudité des chapelles romanes, de l'autre l'exubérance et le foisonnement de couleurs et d'images des chapelles orthodoxes. D'un côté l'art de vivre des tavernes et cafés helléniques, de l'autre l'efficacité pragmatique de l'industrie allemande. D'un côté l'agora, la palabre, la "paréa", de l'autre le travail, l'individu, la propriété. D'un côté, le piano bien tempéré et de l'autre, le klarino fougueux et ses quarts de ton...

Si l'on n'a pas compris l'essence de ces différences, rien ne pourra expliquer l'opposition entre la Grèce et l'Allemagne, les exigences "troïkanes" face au soi-disant laxisme athénien. Toutes les critiques que de savants experts politiques ou financiers ont déversées dans les médias au sujet de la dette, de la la corruption, de la fraude fiscale, et qui auraient entraîné le peuple grec dans le chaos, ne montrent rien d'autre qu'une méconnaissance profonde de la réalité. Une politique, une gestion financière, une organisation sociale ne se font pas hors contexte culturel, sinon dans les systèmes coloniaux. Ce n'est pas par hasard si les Grecs ressentent si violemment ce sentiment d'être une "baronnie" allemande, si les références souvent outrancières à un 4ème Reich sont récurrentes. Ce n'est pas non plus par hasard si les pays du Nord proposent des solutions absurdes, si l'Europe est pétrie de fausses bonnes idées concernant les pays du Sud.

Le drame, c'est que les erreurs européennes, politiques et économiques, deviennent vite des catastrophes humaines, du fait même de cette ignorance culturelle. Ce n'est pas seulement la dette de la Grèce qui va inexorablement augmenter, c'est l'âme du peuple grec qui est en danger. Il n'est donc pas exagéré de parler de génocide, sans intention de le provoquer bien sûr. Mais comment appeler l'action aboutissant à briser les structures sociales de base, à rendre les références culturelles obsolètes, à inculquer des modes de vie d'un autre lieu, à affaiblir toutes les pratiques traditionnelles qui régulaient et civilisaient les relations humaines, sinon l'appeler génocide.

La France qui rassemble des populations méditerranéennes et solaires, avec ses méridionaux et ses immigrés, et des populations nordiques plus soumises à la raison et à la rigueur, aurait pu s'opposer à cette catastrophe. Nous aurions pu nous appuyer sur nos traditions des Lumières pour servir de pont entre les deux cultures. Au lieu de cela, nous nous sommes demandés comment l'on pouvait être Grec comme la cour du roi Louis se demandait comment l'on pouvait être Turc. Honte à nous...

Tag(s) : #Grèce