Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Odysseas Elytis, belle et étrange...

Sur son blog, Greek Crisis, Panagiotis Grigoriou a eu la bonne idée d’illustrer son propos avec une vidéo de l'école de musique de Volos (une ville entre Athènes et Thessalonique, au bord du golfe du même nom). Une jeune élève chante un poème d'Odysseas Elytis écrit en 1971, mais qui prend sous l'occupation troïkane, une couleur toute particulière. Elytis (1911-1996) a obtenu le prix Nobel de littérature en 1979. Il était l'ami de René Char et d'Albert Camus.

Le texte que vous allez entendre a été traduit par Angélique Ionatos et dit ceci:

Belle et étrange patrie

Que celle qui m’a été donnée

Elle lance des filets pour prendre des poissons, et c’est des oiseaux qu’elle attrape

Elle construit des bateaux sur terre et des jardins sur l’eau

Elle baise le sol en pleurant et puis s’exile,

Aux cinq chemins elle s’épuise puis toute sa vigueur reprend

Belle et étrange patrie

Que celle qui m’a été donnée.

Elle se saisit d’une pierre, aussitôt l’abandonne

Fait mine de la tailler, et des miracles naissent.

Avec une petite barque elle atteint des océans

Elle cherche des révoltes, réclame des tyrans.

Elle enfante cinq grands hommes et puis leur brise l’échine

Quand ils ne sont plus, elle chante leurs louanges.

Belle et étrange patrie

Que celle qui m’a été donnée

Belle et étrange Patrie, école de musique de Volos.

Pour les hellénistes qui voudraient chanter en même temps, le texte original dit ceci:

Όμορφη και παράξενη πατρίδα
ω σαν αυτή που μου `λαχε δεν είδα

Ρίχνει να πιάσει ψάρια πιάνει φτερωτά
στήνει στην γη καράβι κήπο στα νερά
κλαίει φιλεί το χώμα ξενιτεύεται
μένει στους πέντε δρόμους αντρειεύεται

Όμορφη και παράξενη πατρίδα
ω σαν αυτή που μου `λαχε δεν είδα

Κάνει να πάρει πέτρα την επαρατά
κάνει να τη σκαλίσει βγάνει θάματα
μπαίνει σ’ ένα βαρκάκι πιάνει ωκεανούς
ξεσηκωμούς γυρεύει θέλει τύρρανους

Πέντε μεγάλους βγάνει πάνω τους βαρεί
Να λείψουν απ' τη μέση τους δοξολογεί.

Όμορφη και παράξενη πατρίδα
ω σαν αυτή που μου `λαχε δεν είδα

On peut voir aussi deux autres belles versions, l'une chantée par Giorgos Dalaras et l'autre par Pandélis Thalassimos.

Tag(s) : #Grèce