Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une Europe saturnienne… ?

Brexit, 51,9%, Europe, 48,1%, soit 3,8 points d’écart. C’est peu et c’est énorme ! Cameron annonce sa démission, les marchés financiers paniquent, Joe Rundle un analyste de ETX-Capital déclare que “c’est le plus grand choc sur les marchés de tous les temps”, Hollande que “le danger est immense face aux populistes et aux extrémistes”… !

Les Français s’étaient déjà prononcés contre à 55% en 2005, les Néerlandais aussi. En Grèce, il faut se lever de plus en plus tôt pour trouver un européiste convaincu hors de la classe politique, et partout ailleurs, les gouvernements préfèrent éviter tout référendum tant le risque d’un NON franc et massif est grand. L’édifice se lézarde et même l’inénarrable Merkel s’en rend compte et préconise des mesures rapides et fermes. Le Titanic a été conçu insubmersible, comme l’Europe qui nous a été présentée comme le seul gage possible de stabilité, de paix, de prospérité. On peut toujours trouver des coupables (un certain juif nommé Iceberg pour le Titanic, les populistes pour l’Europe –c’est tout aussi absurde- !), on peut resserrer les rangs et prétendre qu’il est plus simple de réussir à 27 ce qui a été impossible à 28, on peut imaginer mille procédés de rétorsion pour punir la Perfide Albion et mettre sa livre Sterling à genoux …, mais rien n’arrêtera l’idée que l’Europe n’a pas été conçue pour réaliser ce qu’elle avait annoncé.

L’Europe n’a pas été faite pour la paix mais pour la guerre économique. Elle n’a pas été faite pour être sociale mais ordolibérale. Elle n’a pas été faite pour la coopération entre les peuples mais pour l’établissement de la suprématie du couple franco-allemand. Elle n’a pas été faite pour la démocratie mais pour la pérennisation d’un groupe oligarchique. Elle n’a pas été faite pour se défendre contre une concurrence jugée déloyale venue de Chine ou d’Amérique mais pour supprimer toutes barrières commerciales au niveau mondial… Alors, l’outil étant fait pour tout autre chose que ce dont nous avions besoin, rien ne sert de l’améliorer, de le clarifier, de le démocratiser, de le socialiser, de revenir à une prétendue vertu originelle. Il faut changer l’outil, point !

On peut logiquement se demander si les 52% des Britanniques qui ont jeté le pavé dans la mare ont eu cette même motivation en déposant leur bulletin dans l’urne. Sans doute pas. Certains ont pu voter Brexit par xénophobie, d’autres par simple égoïsme, ou pour défendre une vision de leur patrie qui fait honte à l’esprit “british”… Mais peu importe, le Brexit a gagné et c’est une formidable opportunité ! Ce que les Britanniques ont fait, prouve que c’est aussi possible en Espagne où l’on se demande ce que Podémos trouve encore comme excuse à l’Europe, au Portugal qui continue à se faire rouler dans la farine, à la Grèce qui plus que tout autre a payé le prix fort à l’ordolibéralisme allemand, à l’Irlande qui se réveille d’un rêve européen avec la gueule de bois, à tous les petits peuples, les bulgares, les roumains, les lettons…, qui ont cru être à l’ombre d’un géant et s’aperçoivent qu’ils étaient seulement sous le talon du plus gourmand.

On a longtemps tenté de nous faire peur avec “l’effet domino” qui interdirait tantôt de sortir de l’Union, tantôt de l’euro, tantôt de refuser les règles de la rigueur. Le premier domino est tombé et bizarrement, je n’ai pas encore entendu citer ce fameux effet, inéluctable et destructeur. Les Eurocrates nous auraient-ils manipulés avec cet effet domino ? Quelles nouvelles manipulations nous préparent-ils pour nous faire avaler que la trahison de la Grande Bretagne va être cause de grands désordres et qu’il faudra serrer les rangs, se serrer un peu plus la ceinture, serrer les dents pour ne pas protester, bref serrer tout ce que l‘on peut pour que survive la saturnienne Eurocratie dévorant ses enfants…

Tag(s) : #Politique